L’Opéra national de Paris

 

L’Opéra national de Paris soutient et s’associe à la mobilisation des artistes contre la revente sur Internet des billets de spectacles à des prix prohibitifs.

Nicolas Joel, directeur de l’Opéra national de Paris, a fait de la lutte contre la revente spéculative des billets de spectacles au marché noir un cheval de bataille. Il soutient et s’associe donc totalement à la tribune publiée ce jour dans Libération par des artistes dénonçant la revente de billets de spectacles à des prix prohibitifs sur Internet.

L’Opéra national de Paris rappelle que la revente spéculative de billets sur des sites internet est une pratique totalement interdite par la législation et qui lèse gravement les intérêts des spectateurs. Une assignation en justice contre le site Internet www .viagogo.com qui revendait des billets de l’Opéra de Paris à des prix excédant largement leur valeur faciale a d’ailleurs été déposée et un résultat est attendu courant février. Elle faisait suite à la condamnation de ce site obtenue par le festival des Vieilles Charrues devant le TGI de Brest. D’autres actions concernant la revente au marché noir sur les parvis du Palais Garnier et de l’Opéra Bastille sont envisagées.

Afin d’apporter une première réponse concrète aux spectateurs de l’Opéra national de Paris, un accord pour la création d’une billetterie d’occasion permanente a été conclu avec la société zePASS. Il s’agit d’un site Internet intégré au site officiel de l’Opéra www.operadeparis.fr qui permet à des spectateurs ayant déjà acheté à l’avance leur billet mais qui ne peuvent assister à la représentation de revendre ces billets à des tiers à un prix qui ne peut dépasser la valeur faciale.

La revente illicite de billets est une atteinte profonde aux efforts de démocratisation culturelle menée par l’Opéra de Paris qui va baisser le prix des billets à Bastille, la saison prochaine, pour les catégories populaires. En effet, les revendeurs ciblent les tickets à prix modeste pour effectuer une marge qui peut aller jusqu’à 10 fois le prix du billet.

Il devient urgent de faire évoluer la législation pour obtenir des peines véritablement dissuasives contre ces escrocs qu’ils soient numériques ou non.OPERA NATIONAL DE PARIS

 © 2012 Danza Ballet

00026