Hacia arriba

Danza Ballet

#

200 años de Marius Petipa

8 febrero, 2018
Imprimir

Este año se celebrará el natalicio bicentenario del francés radicado en Rusia Marius Petipa (1818-1910). 

El 200.º aniversario del nacimiento de Marius Petipa es una fecha clave para el mundo del ballet que recordará el legado del gran coreógrafo del estilo académico ruso como el más importante y trascendente en su repertorio.

Petipa nació en Marsella el 11 de marzo de 1818 dentro de una familia de bailarines y músicos, y murió en Gurzuf, cerca de Yalta, Crimea el 14 de julio de 1910 después de ser durante más de 60 años el creador y gestor más potente del ballet académico ruso.

Los actos por tan señera fecha comenzarán precisamente en marzo en San Petersburgo y continuarán por todo el orbe a lo largo del año.

92
años tenía el francés Marius Petipa cuando falleció en 1910.

“Lago de los cisnes”
Las coreografías del francés Marius Petipa son las que más abundan alrededor del mundo. Una de las más famosas es la de “Lago de los cisnes”, que forma parte del repertorio clásico.

“Don Quijote”
Una de las coreografías más reconocidas de Petipa. Hay quienes han creado sobre la original de Petipa como es el caso del Ballet de Cuba (también partieron de la versión de Gorski).

Marius Petipa
El francés fue bailarín, coreógrafo, maestro y director. Es considerado como el “padre del ballet clásico”. Su legado sigue vigente en todas las compañías del mundo.

MARIUS PETIPA, ÉTOILEMENT D’UNE ŒUVRE

En écho aux expositions qui se tiendront au musée Bakhrouchine de Moscou et au musée national de Théâtre et de Musique de Saint-Pétersbourg, et à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, le Centre national de la danse présente une exposition consacrée à Marius Petipa. Chorégraphe russe d’une soixantaine de ballets, il a participé durant soixante-quatre ans à l’aura internationale des théâtres du Ballet impérial de Saint-Pétersbourg.

L’exposition Marius Petipa, étoilement d’une œuvre propose de découvrir une centaine de documents issus des collections et de dix fonds patrimoniaux du CN D (notamment les fonds Zereteli, Volkova-Dabbadie, Noureev, Vaillat), donnant à voir partitions, cartes postales, programmes de galas, timbres, vignettes, albums photographiques, planches d’illustration, lithographies, dessins de chorégraphes, etc. L’exposition propose également des textes traduits et inédits des maîtres de ballet et pédagogues du Théâtre Mariinsky, Alexandre Chiriaev et Fedor Lopoukhov, qui décrivent le travail chorégraphique/artistique/pédagogique de Marius Petipa.

Prenant pour fil rouge la question de la circulation et de la transmission – celle des mémoires du corps dansant – des manières dont le répertoire et les principes chorégraphiques petipiens essaiment, se disséminent, s’étoilent, l’exposition aborde la question de son « héritage » par le biais des pratiques – danser, passer, diffuser.
Elle est nourrie des réflexions des historiennes Sylvie Jacq-Mioche et Florence Poudru et des doctorantes Aurélie Bergerot et Laetitia Basselier. L’exposition présente les fruits de travaux qui bénéficient d’une aide à la recherche et au patrimoine en danse du CN D. Marius Petipa, étoilement d’une œuvre est une exposition conçue avec la collaboration de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, l’unité de recherche 4593 CLARE de l’université Bordeaux-Montaigne et la région Nouvelle-Aquitaine. Conception Laurent Barré, en collaboration avec Sylvie Jacq-Mioche et Pascale Melani Conseils scientifiques Sergueï Konaev, Isabelle Launay, Florence Poudru.

biographie MARIUS PETIPA (1818-1910)

Frère cadet de Lucien Petipa, il étudie le violon et parallèlement est formé au Conservatoire de la danse de Bruxelles par son père. Il débute enfant au Théâtre de la Monnaie, puis sa carrière le mène de Bordeaux (1834) à Nantes (1838), des États-Unis (1839) à Bordeaux (1841-1842), de Madrid (1843-1846) à Paris (Comédie-Française, 1847).

Engagé comme premier danseur à Saint-Pétersbourg en 1847, débutant dans Paquita le 26 septembre sur la scène du Théâtre Bolchoï Kamenny, il reste au service du Ballet impérial russe jusqu’à sa retraite en 1904 : il se produit jusqu’en 1868, assiste Jules Perrot et Arthur Saint-Léon avant de devenir maître de ballet en titre en 1869, enseigne (avec Christian Johansson et Enrico Cecchetti) à l’école de danse qu’il dirige de 1855 à 1887. Il ne revient qu’une fois en France, pour monter Le Marché des innocents en 1861 à l’Opéra de Paris.

Après avoir été congédié en 1904, il rédige (en français) ses Mémoires qui sont traduits en russe, puis en anglais (Russian Ballet Master: The Memoirs of Marius Petipa, Londres, 1968), et en français (Actes Sud, Arles, 1990).

Bon danseur, Marius Petipa brille dans les rôles de caractère et comme mime, interprétant un impressionnant Conrad dans Le Corsaire. Il excelle comme chorégraphe, signant une soixantaine de ballets et les danses d’une trentaine d’opéras. Outre les œuvres originales, il reprend le répertoire qui, à l’époque, disparaît de l’affiche dans le reste de l’Europe : il adapte ainsi au goût pétersbourgeois et à l’évolution de la technique les ballets de Jean Dauberval (La Précaution inutile d’après La Fille mal gardée, 1885), Filippo Taglioni (La Fille du Danube, 1880 ; La Sylphide, 1892), Joseph Mazilier (Paquita, 1847 et 1881 ; Satanilla d’après Le Diable amoureux, 1848 ; Le Corsaire, 1858, 1868 et 1899 ; Le Diable à quatre, 1885), Perrot (Catarina ou la Fille du bandit, 1870 ; La Naïade et le Pêcheur d’après Ondine, 1874 et 1892 ; La Esméralda, 1886) et Saint-Léon (La Vivandière, 1881 ; Coppélia, 1884 ; Le Petit Cheval bossu, 1895). Surtout, il monte plusieurs versions de Giselle (1884, 1887 et 1899) en lui donnant la structure qu’on lui connaît aujourd’hui.

S’il collabore parfois avec Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges, Ivan Vsevolojski ou Sergueï Khoudekov, il est la plupart du temps l’auteur de ses livrets. Il propose une majorité de ballets à thème fantastique (Le Dahlia bleu, 1860 ; Trilby, 1870 ; La Fille de neige, 1879 ; Les Pilules du diable, 1886 ; Le Talisman, 1889 ; Casse-noisette avec Lev Ivanov, 1892 et Le Lac des cygnes, également avec Ivanov, 1895), s’inspirant notamment des contes de Charles Perrault (La Belle au bois dormant, 1890 ; Cendrillon, 1893 ; Barbe-Bleue, 1896). Il fait montre d’un grand sens du pittoresque, attentif au cadre historique (le Moyen Âge de Raymonda, 1898) et exotique (La Fille du pharaon, 1862 ; La Bayadère, 1877), montrant un goût plus que prononcé pour l’Espagne (La Perle de Séville, 1845 ; L’Étoile de Grenade, 1855 ; Don Quichotte, 1869).

Il établit d’emblée un canevas précis de l’action et commande à ses compositeurs (Cesare Pugni, Ludwig (Léon) Minkus, Piotr Ilitch Tchaïkovski, Alexandre Glazounov, Riccardo Drigo) une partition qui doit répondre à ses exigences stylistiques et musicales (caractère de la scène, nombre de mesures, tempo, etc.).

Il développe le grand ballet, en trois ou quatre actes, qui occupe toute une soirée, splendidement mis en scène et rassemblant un grand nombre d’interprètes (danseurs, élèves de l’école de danse et figurants). Il construit ses intrigues en alternant scènes de pantomime et séquences dansées, déployant les cortèges et les évolutions du corps de ballet, les pas pour groupes restreints (six, cinq, trois, etc.) qui mettent en avant des solistes, les pas de deux et solos réservés aux meilleurs artistes.

Attachant autant d’importance à la pantomime (certains rôles sont entièrement mimés) qu’à la danse, il compose dans un style brillant, ample, lyrique et élégant. Si ses enchaînements de pas sont d’une grande virtuosité, ils n’en contribuent pas moins à définir le caractère des situations et des personnages (telle la série de fouettés d’Odile envoûtant le prince à l’acte III du Lac des cygnes). Loin d’un académisme rigide, il règle chaque variation féminine en tenant compte des aptitudes de l’interprète, trouvant des mouvements et des poses qui l’avantagent et créent une impression d’évidence. Il donne au pas de deux une structure obligée (adage, variations masculine et féminine, coda) et développe un travail de partenariat qui nécessite un apprentissage spécifique, mais il délègue à d’autres le soin de chorégraphier les solos masculins. Son attention pour la ballerine culmine dans les ensembles féminins où il brode avec raffinement de savants déplacements et dispositions de groupes. Les danseuses Carlotta Brianza, Antoinetta Dell’Era et Pierina Legnani l’inspirent, mais il trouve en Mathilde Kschessinska, Nikita et Olga Preobrajenska ses interprètes idéales.

Il affectionne les divertissements de caractère (italien, espagnol, polonais, russe, etc.) et peut emprunter aux danses traditionnelles des éléments caractéristiques qu’il adapte dans un style classique (grand pas hongrois de Raymonda).

Il joue donc un rôle considérable en prolongeant les acquis du romantisme. Diffusée hors de Russie après sa mort, son œuvre constitue à la fin du XXe siècle l’essentiel du répertoire de toute compagnie classique et les étoiles sont encore jugées sur leur capacité à exécuter ses variations.

Source : Nathalie Lecomte, Dictionnaire de la danse, sous la direction de Philippe Le Moal, Paris, Larousse, 1999.

personalidades bailarines de ballet  200 años de Marius Petipa
Marius Petipa (c) Marius Petipa Society.
personalidades bailarines de ballet  200 años de Marius Petipa
Tumba de Marius Petipa en el cementerio Alexander Nevsky Monastery, de St Petersburgo.
Hommage à Marius Petipa 2018 (Saint-Pétersbourg) II annual historical-theoretical conference 'Hommage à Petipa' / Dedication to Petipa. IVe colloque Hommage à Petipa 2018. En l'honneur du bicentenaire de Marius Petipa, qui va être largement célébré par le monde international du ballet en 2018...
Efemérides Danza Ballet®11 de marzo Marius Petipa (11 de marzo de 1818 - 14 de julio de 1910). Coreógrafo, maestro de ballet y bailarín francés, radicado en la Rusia imperial y renovador del estilo. Con él se dio por terminada la época del ballet romántico para inaugurar la del gran...
Russian Ballet Master: The Memoirs of Marius Petipa de Marius Petipa (Autor), Lillian Moore (Redactor), Helen Whitaker (Traductor)   The memoirs of Victor Marius Alphonse Petipa (11 March 1818 — 14 July 1910), a French-Russian ballet dancer, teacher and choreographer. These highly entertaining memoi...
Petipa, el coreógrafo de la academia El bicentenario del nacimiento de Marius Petipa, factor determinante en la configuración de la escuela rusa del ballet –que se conmemora en el mes de marzo– resulta una efeméride destacable en la historia de la danza escénica universal. Personaje po...

Ballet Barcelona - Carolina de Pedro Pascual

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies y Google Analitycs para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas, y de nuestra política de cookies, privacidad y RGPD ACEPTAR

Aviso de cookies