Hacia arriba

Danza Ballet

#

Léon Bakst (1866-1924) Opéra national de Paris

18 noviembre, 2016
Imprimir

the ballet russes bailarines de ballet  Léon Bakst (1866 1924) Opéra national de Paris

Bakst, des Ballets russes à la haute couture. Bibliothèque-musée de l’Opéra – Palais Garnier, 2016.

Peintre, décorateur et théoricien, Léon Bakst (1866-1924) est connu pour avoir été le principal collaborateur des Ballets russes ; il a notamment travaillé pour l’Opéra de Paris.

Créateur des décors et des costumes de plusieurs chefs-d’œuvre – Shéhérazade, Le Spectre de la rose, L’Après-midi d’un faune, Daphnis et Chloé – et travailleur acharné, il construit une œuvre qui révolutionne non seulement la décoration théâtrale mais aussi la mode et les arts décoratifs. Profondément homme de théâtre, il envisage la création comme un tout, s’immergeant dans l’œuvre écrite comme dans la musique avant d’esquisser un univers plastique.

À l’occasion du cent cinquantième anniversaire de la naissance de l’artiste, la Bibliothèque nationale de France et l’Opéra national de Paris organisent une exposition rétrospective présentant le travail d’un homme ancré dans une création féerique malgré les duretés du temps et la violence de l’histoire. Elle permet de suivre l’itinéraire d’un artiste russe devenu une figure du Tout-Paris, d’un peintre qui a formé Chagall ; un artiste qui a surtout contribué à créer l’esprit et la sensibilité de l’avant-guerre de 1914 grâce à des créations fiévreuses dominées par l’érotisme des corps ; des œuvres conçues en dialogue avec celles de Debussy, Ravel, Stravinsky, D’Annunzio ou Nijinski ; des créations enfin qui ont reçu les éloges appuyés de Proust ou de Cocteau et qui continuent d’inspirer les plus grands créateurs de mode.

Les années de formation
Lev Rosenberg naît en 1866 à Grodno, près de la frontière occidentale de l’Empire russe. Aîné de quatre enfants, il est le fils d’un érudit respecté au sein de la communauté juive. Petit-fils de couturier, il retient de son grand-père un goût prononcé pour l’élégance du vêtement. Il a une quinzaine d’années lorsqu’à la faveur d’un concours de dessin, il choisit de devenir peintre. Le jeune homme fréquente pendant quatre ans l’Académie des beaux-arts de Saint- Pétersbourg et commence une carrière d’illustrateur. En 1889, pour sa première exposition, Lev Rosenberg adopte le nom de Bakst, référence au patronyme de sa grand-mère paternelle, Bakster. Pour nourrir son frère et ses sœurs, il débute dans le monde de l’édition. Il rencontre alors les peintres russes Albert et Alexandre Benois et prend part à des cénacles de jeunes artistes et intellectuels. En 1891, il entreprend de voyager à travers l’Europe. L’année1898 marque les débuts de Mir Iskusstva, « Le Monde de l’art », groupe d’avant-garde entraîné par Serge Diaghilev, dont les regards se portent sur le symbolisme, l’Art nouveau, et s’attachent aux démarches visant à la synthèse des arts. Grâce à Diaghilev, Bakst fait ses débuts au théâtre à Saint-Pétersbourg. En 1903, il fait la connaissance de Lioubov Pavlovna, fille de l’homme d’affaire et collectionneur Pavel Tretiakov. Pour l’épouser, il doit renoncer au judaïsme et se convertit au protestantisme. De leur union naît un fils, André, en 1907.

La scène
Léon Bakst fait plusieurs séjours à Paris avant 1909, mais c’est avec les premiers spectacles de la compagnie de Diaghilev, les Ballets russes, que l’Occident le découvre. Les décors et costumes de Cléopâtre (1909) et surtout de Shéhérazade (1910) font immédiatement sa renommée de décorateur d’avant-garde et de « magicien des couleurs » (Gabriele D’Annunzio). Elle ne se dément plus jusqu’à la Première Guerre mondiale. Toutes les scènes et compagnies les plus en vue demandent à profiter de son talent. Lecteur averti et passionné de textes classiques, il travaille pour tous les genres scéniques (ballet, opéra, théâtre, revue…) et pour les théâtres du monde entier, dessinant les décors ou les costumes de plus de soixante-dix spectacles et écrivant aussi parfois, à partir de 1910, l’argument des ballets. Outre son activité pour les Ballets russes, il développe une collaboration suivie avec la danseuse Anna Pavlova et avec la danseuse, chorégraphe et mécène, Ida Rubinstein. En froid avec Diaghilev qui rechigne à le payer, lui reproche ses engagements extérieurs et lui attribue l’échec de La Belle au bois dormant, il rompt en 1921 avec les Ballets russes et trouve un nouveau protecteur en la personne du directeur de l’Opéra de Paris, Jacques Rouché. Son œuvre colossale puise à différentes sources (l’Orient, l’Antiquité, les grands maîtres) tout en proposant une synthèse esthétique très personnelle et originale qui donne une identité si singulière au style Bakst.

L’Orient sensuel
Pour les premières saisons des Ballets russes, Bakst est chargé de concevoir les décors et costumes de ballets, et marginalement d’opéras, à forte charge exotique et érotique. En proposant de tels ouvrages à Paris, Diaghilev se met au diapason de l’orientalisme ambiant et flatte les goûts du public occidental, habitué à de tels spectacles depuis le XIX e siècle. Ils remportent le succès escompté. Bakst y trouve aussi un terrain d’application de ses théories sur la symbolique et la puissance émotionnelle des couleurs : « J’ai souvent remarqué que, dans chaque couleur du prisme, existe une gradation qui parfois exprime la franchise et la chasteté, parfois la sensualité et même la bestialité, parfois l’orgueil, parfois le désespoir. On peut le suggérer par l’emploi qu’on fait des différentes nuances. C’est ce que j’ai essayé dans Shéhérazade. Contre un vert lugubre, j’ai placé un bleu plein de désespoir, aussi paradoxal que cela puisse paraître. […] Il y a un bleu qui peut être le bleu d’une sainte Madeleine et il y a un bleu qui peut être celui d’une Messaline ! » L’échec du Dieu bleu (1912), dont le décor évoque les temples d’Angkor et la chorégraphie de Fokine la statuaire indienne, met fin aux grandes productions exotiques que conçoit Bakst pour les Ballets russes. C’est pour d’autres que, de temps à autres, il revient à une telle inspiration : Aladin et la lampe merveilleuse (1919) pour Georges Thenon, dit Rip, La Nuit ensorcelée (1923) pour l’Opéra de Paris.

Modernité de l’Antiquité
Quand il se détourne de l’Orient, Bakst explore les sources antiques qui ont inspiré des productions auxquelles il a collaboré en Russie bien des années auparavant. Il met aussi à profit le voyage qu’il a fait en Grèce et en Crète, en 1907. Ce voyage a une forte influence sur les conceptions théoriques qu’il exprime dans « Les formes nouvelles du classicisme en art », publié en français en 1910 : « Que d’impressions nouvelles ! inattendues, elles chamboulent et mettent en désordre toutes nos idées antérieures, encore pétersbourgeoises, à propos de l’Hellade héroïque – on est obligés de tout modifier, faire de l’ordre : classer. » Narcisse (1911) et Daphnis et Chloé (1912), qu’il conçoit avec le chorégraphe Michel Fokine pour les Ballets russes, sont des hommages à une Grèce antique pittoresque, soigneusement rendue avec ses temples, ses sites spectaculaires, sa végétation méditerranéenne et ses bacchantes et béotiennes jouant avec des voiles tournoyantset multicolores. Dans L’Après-midi d’un faune (1912), élaboré  en étroite collaboration avec Vaslav Nijinski, il privilégie la couleur aux dépens de l’exactitude du dessin et campe sur la scène ce que le régisseur des Ballets russes, Serge Grigoriev, a appelé un « bas-relief archaïque grec en mouvement ». L’esthétique du « Faune » trouve son prolongement dans deux spectacles nés de la complicité de Bakst avec Ida Rubinstein, Hélène de Sparte (1912) et Phaedre (1923), aux modèles mycéniens et minoens très explicites.

Classicisme des grands maîtres
En même temps qu’il subit le choc de la Première Guerre mondiale, Bakst doit composer au sein des Ballets russes avec de nouveaux concurrents : les décorateurs venus de Moscou Natalia Gontcharova et Michel Larionov à partir de 1914, et les peintres de l’avant-garde parisienne (Picasso, Derain, Matisse…), à partir de 1917. La correspondance qu’il échange avec Diaghilev montre la dégradation de leurs rapports et l’incompréhension qui grandit entre l’imprésario et son décorateur, dont l’œuvre semble marquée par une forme de retour à l’ordre. Elle prend appui désormais sur les modèles que constituent les grands maîtres de l’art classique. Ainsi, les costumes des Femmes de bonne humeur (1917) font référence à la peinture vénitienne du XVIII e  siècle, et notamment à celle de Pietro Longhi ; les décors de La Belle au bois dormant pour Anna Pavlova (1916) et pour les Ballets russes (1921) sont imprégnés de l’art des décorateurs baroques de la famille Bibiena tandis que les costumes évoquent le Grand Siècle français. L’échec commercial de la création londonienne de La Belle au bois dormant signe la fin de la collaboration de Bakst avec les Ballets russes. Le décorateur ne semble désormais plus en phase ni avec le goût du public, ni avec l’évolution des arts plastiques à cette époque. Jusqu’à sa mort prématurée, à l’âge de 58 ans, Bakst s’ingéniera à montrer que son talent est intact, notamment dans le travail qu’il mène avec le directeur de l’Opéra de Paris, Jacques Rouché.

Fusion des influences et collaboration avec Nijinski
Le génie de Bakst réside non seulement dans son art de coloriste, mais aussi dans sa capacité à fusionner différentes sources d’influence pour créer un univers qui lui est propre. Les Orientales (1910) et Thamar (1912) sont des exemples parmi tant d’autres, mais le plus abouti est sans doute L’Oiseau de feu (1910) qui associe subtilement la matière des contes russes avec les légendes et l’iconographie des oiseaux fabuleux de la mythologie indienne. Collaborateur régulier du chorégraphe Michel Fokine, Bakst travaille aussi en grande entente avec Vaslav Nijinski qui, en 1912, supplante Fokine comme chorégraphe des Ballets russes. La connivence est telle entre les deux artistes qu’il est difficile de savoir ce qui procède du génie de l’un ou de l’autre dans L’Après-midi d’un faune (1912). Ainsi, Bakst conçoit le décor, mais c’est Nijinski qui aurait donné des consignes très précises concernant son implantation, très proche du cadre de scène, afin de renforcer l’effet de frise. Tous deux ont aussi une même volonté de montrer une Antiquité plausible en recourant aux sources archéologiques : le personnage du Faune est inspiré par un groupe en marbre, Aphrodite, Pan et Éros, découvert à Délos quelques années avant le voyage en Grèce du décorateur ; pour élaborer la chorégraphie, Nijinski et Bakst parcourent les galeries du Louvre à la recherche de modèles antiques, qu’ils soient grecs, égyptiens ou assyriens.

Entre mondanité et modernité : mode et arts décoratifs

Les arts décoratifs
Le succès de Léon Bakst à la scène suscite une mode qui se déploie jusque dans les appartements, les tentures et les coussins. Marcel Proust s’en fait l’écho lorsqu’il évoque l’intérieur du comte Charles de Polignac dans À la recherche du temps perdu. Sensible aux arts décoratifs dès sa jeunesse, Bakst intègre leur logique à toutes ses créations, qu’elles soient picturales ou appliquées, et n’hésite pas à collaborer avec le parfumeur François Coty ou le maître-verrier et grand bijoutier René Lalique. La richesse chromatique de sa palette et son goût du détail ornemental créent un style inédit en constant renouvellement qui synthétise les avancées de son époque et les recherches qu’il fait pour les spectacles auxquels son nom est associé. Ainsi, hanté par sa rencontre avec Piotr Tchaïkovski à l’occasion de la création de La Belle au bois dormant en 1890, Bakst ne cesse-t-il de revisiter le conte de Perrault. Il le porte à la scène à New York, Londres et Paris et l’illustre sur les panneaux décoratifs de la demeure londonienne de James de Rothschild. En 1921, l’écharpe avec laquelle la danseuse Caryathis – la future Elise Jouhandeau – joue sur l’affiche qu’il crée pour un spectacle d’Erik Satie résume l’esthétique de ses dessins représentant les bacchantes de Narcisse et Nijinski dans L’Après-midi d’un faune.

La mondanité et la mode
Dès 1889, Bakst, alors âgé de 23 ans, est introduit dans la société aristocratique de la Russie impériale. L’un de ses premiers élèves et mécènes, le comte Dimitri Benckendorff, le  présente  au  grand  duc  Vladimir Alexandrovitch, président de l’Académie impériale des beaux-arts et frère du Tsar Alexandre III. Plus tard, Bakst monte des spectacles à Saint-Pétersbourg pour le Tsar Nicolas II et son épouse. En France, à partir de 1909, Bakst fréquente Robert de Montesquiou, l’arbitre des élégances parisiennes, qui compose des poèmes sur lui. Il devient un familier des salons du Faubourg Saint-Germain où se retrouvent la comtesse Greffulhe, Misia Sert ou la marquise Casati. Il décore l’intérieur de celles qui deviennent ses principales commanditaires et, à l’occasion, les dessine et les peint. Son art du portrait, parfois alimentaire, panache toujours réalisme et stylisation. À la même époque, le travail de Bakst pour la scène influence des couturiers comme Paul Poiret, tandis que d’autres créateurs de mode font directement appel à lui. Ainsi, donne-t-il à Jeanne Paquin une collection intitulée « Fantaisies sur le costume moderne ». Bakst se fait encore « théoricien » lorsque les journaux, comme Vogue, lui demandent son avis sur lestendances de la mode féminine. Il imagine enfin, à l’usage de la marquise Casati, des tenues excentriques ou spectaculaires pour des bals à thème, et pour Misia Sert, des modèles de chapeaux pour la vie ordinaire.

Influence et postérité
Dès les années 1910, le style Bakst fait école à Paris, Londres, Monte-Carlo ou New York. Comme l’écrit Jean Cocteau : « Le triomphe de Léon Bakst vint balayer nos scènes et substituer à la poussière grise une poussière nouvelle, poussière d’or et de vives couleurs. » Bakst est imité, parfois jusqu’à la parodie, par George Barbier, Joseph Pinchon, Maxime De- thomas et Jean-Gabriel Domergue qui travaillent dans son sillage, à l’Odéon, à l’Apollo ou à l’Opéra. L’artiste ne manque pas de s’en plaindre amèrement dans sa correspondance. Par ailleurs, Bakst a un atelier et des élèves auxquels il apprend, comme le rapporte son disciple Marc Chagall, la nécessité de ne pas le copier et d’être d’abord eux-mêmes. Parmi eux, le metteur en scène et décorateur André Barsacq, et André Bakst, son fils, qui a travaillé pour le théâtre et le cinéma. L’influence de Bakst se fait encore sentir dans le milieu de la haute couture et continue, jusqu’à nos jours, à inspirer les artistes les plus divers : Yves Saint Laurent, mais aussi Christian Lacroix, John Galliano pour Dior ou Karl Lagerfeld pour Chloé lui ont rendu hommage à travers leurs créations.

Pour avoir lui-même puisé au plus près de sources archaïques qu’il a su s’approprier, le génie de Bakst a saisi, à travers des œuvres éphémères, non pas la mode, mais l’indémodable.

the ballet russes bailarines de ballet  Léon Bakst (1866 1924) Opéra national de Paris
Portrait de Léon Bakst en 1890 à Saint-Pétersbourg. Photographie BnF, département de la Musique, Bibliothèque-musée de l’Opéra.
the ballet russes bailarines de ballet  Léon Bakst (1866 1924) Opéra national de Paris
Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet. Projet d’affiche pour le ballet La belle excentrique, créé à Paris, le 14 juin 1921 avec Elise Jouhandeau dite Caryathis, sur une musique d’Erik Satie. Aquarelle.
Benjamin Millepied va quitter l’Opéra de Paris Rien ne va plus entre le maître de ballet du Palais Garnier et les danseurs. Les négociations autour de son départ sont enclenchées depuis longtemps, mais la rupture est désormais consommée. Le mécénat pourrait en souffrir. Cela couvait depuis des m...
Alice Renavand nommée danseuse étoile à l’Opéra de Paris Alice Renavand, 33 ans, a été nommée danseuse étoile du ballet de l'Opéra de Paris vendredi 20 décembre à l'issue de la représentation du ballet d'Angelin Preljocaj Le Parc, où elle dansait pour la première fois le premier rôle féminin, comme le veut...
Serge Lifar (1904 – 1986) Lifar, uno de los más famosos y grandes bailarines de ballet y coreógrafos del siglo XX. Ferozmente ambicioso, con una habilidad que buscaba explotar cada oportunidad que venía a su camino, utilizó sus extraordinarias miradas y su carismática person...
Desfile Ballet de la Ópera de París El Desfile del Ballet de la Ópera de París es un acontecimiento único en el mundo de la danza, diseñado para presentar la compañía. Los bailarines van llegando lentamente de las profundidades del foyer hasta aproximarse al frente del escenario para s...
Aurélie Dupont al frente del ballet de la Opera de París La exbailarina estrella Aurélie Dupont fue nombrada hoy directora artística de la danza en la Ópera Nacional de París en sustitución de Benjamin Millepied, un anuncio que se realizó durante una rueda de prensa donde el bailarín y coreógrafo francés c...
Los bailarines de la Ópera de París denuncian acoso sexual Los bailarines de la Ópera de París denuncian casos de acoso sexual. Alrededor del 26 por ciento de 132 bailarines encuestados aseguraron haber sufrido abusos en el trabajo o presenciaron a algún compañero sufriendo acoso sexual. Una encuesta ...

Ballet Barcelona - Carolina de Pedro Pascual

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies y Google Analitycs para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas, y de nuestra política de cookies, privacidad y RGPD ACEPTAR

Aviso de cookies
Conozca TLM